Les différences culturelles entre la France et les Pays-Bas.

Les différences culturelles entre la France et les Pays-Bas

Les dimensions culturelles de Geert Hofstede entre la France et les Pays-Bas

Les dimensions culturelles de Geert Hofstede entre la France et les Pays-Bas

L’analyse de Geert Hofstede sur les dimensions culturelles dominantes dans un pays permet de comprendre certaines différences entre les Pays-Bas et la France.

Le modèle des dimensions culturelles de Geert Hofstede est un cadre qui décrit cinq sortes (dimensions) de différences / perspectives de valeur entre les cultures nationales : 

•           Distance hiérarchique. Le degré d’inégalité parmi les personnes d’une population qu’un pays considère comme normale. 
•           Individualisme versus collectivisme. Le point auquel les personnes sentent qu’elles sont supposés prendre soin d’eux, leurs familles ou les organisations auxquels ils appartiennent.
 
•           Dimensions masculines/féminines. Le point auquel une culture favorise la dominance, l’autoritarisme et l’acquisition des choses qui sont des valeurs masculines contre une culture qui favorise les personnes, les sentiments et la qualité de la vie qui sont des valeurs féminines.
 
•          Controle de l’incertitude. Le degré auquel les personnes préfèrent des situations structurées par rapports à celles non structurées.
 
•           Pragmatique versus normatif (orientation long terme/court terme). Pragmatique et à long terme : Plusieurs vérités possibles. Valeurs orientées vers le futur, comme faire des économies et être persévérant. Normatif et à court terme : Une vérité. Résultats rapides souhaités. Valeurs orientées vers le passé et le présent, comme le respect pour la tradition et de remplir ses engagements sociaux.

·                     Restriction versus indulgence. Le degré auquel les personnes essayent de contrôler leurs sentiments, désirs et impulsions.

Distance hiérarchique:

France : élévée avec un score de 68 / Pays-Bas : basse avec un score de 38

Les Français accordent beaucoup d’importance à la hiérarchie. Devenir responsable, exploitant d’entreprise demande beaucoup de travail. C’est pourquoi les personnes occupant des postes à haute responsabilité en France attendent de leurs collègues et entourage à être respectés. Les patrons et syndicats entrent souvent en conflit. Le vouvoiement et le costume cravate sont par exemple de rigueur dans de nombreuses entreprises. En cas de difficulté, les Français attendent de leur « chef » de l’autorité et du charisme pour résoudre les problèmes.

Les Néerlandais sont plutôt indépendants et les managers sont considérés comme des personnes ayant une fonction qu’un statut. Ils sont accessibles. Le costume cravate et le tutoiement sont beaucoup moins courants aux Pays-Bas qu’en France. Les employés veulent être consultés sur les décisions importantes et le pouvoir est plutôt décentralisé. Les sociétés avec une distance au pouvoir basse acceptent plus difficilement  les inégalités sociales.

Individualiste versus collectivisme :

France: individualisme important avec un score de 71 / Pays-Bas : individualisme très important avec un score de 80

L’épanouissement de l’individu est une aspiration très importante aussi bien aux Pays-Bas qu’en France. Penser à son développement, être attaché à ses libertés et à son autonomie priment sur la dépendance et la loyauté au groupe (famille, entreprise…). La relation employeur/employé est basée sur des avantages mutuels. Les Français aussi bien que les Néerlandais attachent beaucoup d’importance à la méritocratie.

Dimensions masculines/feminines :

France : féminité un peu plus importante que la masculinité avec un score de 43 / Pays-Bas : féminité beaucoup plus importante que la masculinité avec un score de 14.

Une société où la masculinité est très élevée encourage ses membres à être les meilleures.  Une société où la féminité est très élevée encourage ses membres à faires des choses qu’ils aiment.

La plupart des Français et des Néerlandais accordent de l’importance à leur qualité de vie et à un équilibre entre la vie privée et professionnelle. Travailler pour vivre et non vivre pour travailler. Par ailleurs, les femmes accèdent plus facilement à des postes de responsabilité que dans des pays avec une masculinité importante.

Les Pays-Bas se distinguent par des valeurs « féminines » plus fortes qu’en France. Prendre soin de l’autre, faire des compromis et chercher un consensus sont très appréciés. Les employés souhaitent recevoir du soutien de la part de leur manager. Il est attendu aussi bien des hommes que des femmes de prendre soin de leurs relations, de leurs familles et de leurs foyers. Les rôles entres les hommes et les femmes ne sont pas séparés. Un homme peut montrer ses émotions et ses sentiments sans être perçu comme faible.

Contrôle de l’incertitude :

France : contrôle de l’incertitude fort avec un score de 86 / Pays-Bas : contrôle de l’incertitude modéré avec un score de 53

Cette dimension mesure la façon dont une société gère les situations inconnues, les évènements inattendus et l’anxiété face au changement.

La France se distingue par une très forte propension à vouloir éviter l’incertitude. Disposer d’un maximum d’informations est très apprécié avant toute réunion. La France est une société assez unique en combinant une distance au pouvoir élevée et un individualisme fort qui nourrissent également ce besoin d’éviter l’incertitude. Les Français n’hésitent pas à bavarder et à se disputer si nécessaire quand ils ne se sentent pas à l’aise avec une situation. La France a développé de nombreuses lois et règlementations pour structurer l’économie. Eviter le risque et collecter un maximum d’informations ont permis à la France de développer l’industrie du nucléaire, les trains à grande vitesse et l’aviation civile avec succès.

Les Néerlandais accordent également de l’importance aux règles, sont précis et ponctuels. Toutefois, ils osent prendre plus de risques quand il s’agit d’investir dans des nouveaux secteurs d’activité.

Pragmatique versus normatif

France : pragmatique avec un score de 63 / Pays-Bas : pragmatique avec un score de 68

Les Pays-Bas et la France sont des sociétés de nature pragmatique. Une société pragmatique va considérer qu’une « vérité » dépend du contexte et du moment. Les traditions peuvent êtres changées facilement. Les sociétés pragmatiques sont plus tournées vers l’avenir et le long-terme. Les personnes vivant dans des sociétés pragmatiques essayent d’investir et d’épargner pour améliorer leur avenir.

Restriction versus indulgence

France : Aussi restrictive qu’indulgente avec un score de 48 / Pays-Bas : Indulgence plus importante que la restriction avec un score de 68.

Une société « restrictive » est une société où l’on apprend aux enfants à contrôler leur désirs et envies. La discipline et la modestie sont appréciées. Une société « indulgente » est une société où l’on encourage les enfants à exprimer leurs émotions. Les loisirs et l’optimisme sont importants.

La France est entre les deux. En revanche, les Pays-Bas se distinguent avec une indulgence élevée. Profiter de la vie et être optimiste sont des idéaux poursuivis par de nombreuses personnes aux Pays. Les personnes vivant dans sociétés  « indulgentes » sont plus satisfaits de leur vie que celles vivant dans des sociétés « restrictives ». Les Pays-Bas se trouvent à la 4ème place des pays les plus heureux au monde et la France à la 25ème(source : Rapport annuel sur le bonheur dans le monde de l’ONU http://unsdsn.org/resources/publications/world-happiness-report-2013/ ).